REPORTAGES PUBLICATIONS CONTACT EDITION COLLECTION


L'ABATTOIR AUX CARGOS
CHITTAGONG, BANGLADESH © ZEPPELIN

Un tel charnier pose immédiatement la question sociale. D'entrée, les conditions de travail dans leur plus simple appareil montrent une main d'oeuvre aussi docile que précaire. Qu'elle est loin la passerelle écroulée de Saint-Nazaire ! Le chantier de Chittagong est l'un des deux plus gros sites de démantèlement naval au monde, mais les structures en place laissent pantois. Un drame humain sur fond de désastre écologique qui renvoie aux besoins titanesques d'une logistique mondialisée, ou les conséquences d'un capitalisme libertaire qui achève de fauter au Bangladesh.



LES PHOTOGRAPHES ZEPPELIN

Géographes et photojournalistes, Bruno VALENTIN et Julien PANNETIER ont fondé ZEPPELIN en 2008. Ils travaillent main dans la main pour ramener des reportages comme autant de témoignages. Du golfe du Bengale à l'aiguille du Midi, des moines de la Grande Chartreuse aux officiers de la Marine nationale, ils signent toutes leurs images ZEPPELIN.
VOIR AUSSI LES DERNIERS GALERIENS

Si la colonne vertébrale peut remplacer le palan, le bras la pelleteuse et la sueur l'huile des machines, pourquoi investir dans des machines plus coûteuses et capricieuses qu'une poignée d'ouvriers dociles ? Sur le chantier naval de Dhaka, la main d'oeuvre est attelée au cabestan comme les galériens d'autrefois. Une trentaine d'hommes suant contre le métal, hurlant Allah pour mettre un navire en cale sèche.