REPORTAGES PUBLICATIONS CONTACT
OURS, BERGERS ET TAPAGE NOCTURNE
BONAC-IRAZEIN, ARIÈGE, FRANCE © LUCAS SANTUCCI / ZEPPELIN NETWORK — RÉAL. © BÉNÉDICTE BOUCAYS

Pour ou contre l'ours ? Un positionnement manichéen qui ne permet plus aucun débat. La solution passera certainement par la voie du milieu. Le plantigrade réintroduit dans les années 1980 fait aujourd'hui partie du paysage pyrénéen. Il s'y plait même. En 2019, selon les données de l'Office français de la biodiversité (OFB), on en comptait 52 sur le seul territoire français. Alors il faut faire avec. C'est le constat de nombreux éleveurs et bergers qui, même si leurs bêtes se font tuer, ont su mettre de l'eau dans leur vin.

À Ourdouas, dans la vallée du Biros, en Ariège, des chercheurs du laboratoire Géode (CNRS, Toulouse) s'intéressent aux interactions entre les pratiques pastorales et le comportement des ours. Alice Ouvrier a fait de cette étude l'objet de sa thèse, et a rencontré ceux qui vivent et travaillent sur l'estive. Là-haut, les attaques sont récurrentes, et elle essaye de trouver une solution pour améliorer la cohabitation des éleveurs et du prédateur. Elle doit prendre en compte les exigences du terrain, les caprices de la météo, les soins apportés aux troupeaux, la mise en place d'abris d'urgence, l'angoisse du berger et le sentiment des éleveurs d'être mal compris du grand public : « La présence de l'ours est trop souvent idéalisée et personne ne sait vraiment comment nous travaillons sur ces terrains escarpés, la plupart du temps dans le brouillard. En Ariège, aucune estive ne ressemble à une autre. C'est un territoire sauvage et difficile », témoigne l'un des éleveurs qui doivent s'adapter à ces bouleversements. Mais comment vivent-ils la prédation régulière de leurs brebis ? Que fait l'État pour les aider à protéger leurs troupeaux ? En quoi consistent les mesures d'effarouchement de l'OFB mises en place sur cette estive ? Quelle est la fréquence des passages de l'ours ? Peut-on identifier les prédateurs ? Le rôle des patous est-il suffisant ?

LE PHOTOGRAPHE LUCAS SANTUCCI
D'abord ingénieur agronome, puis photo-journaliste, Lucas a intégré l'équipe d'Under The Pole comme responsable logistique et partenariat. Il a embarqué pour 18 mois d'expédition au Groenland dans la promiscuité d'un voilier où il s'est affirmé comme photographe terrestre et sous-marin. Après avoir documenté 9 mois de navigation qui l'ont amené à 80°Nord, Lucas a vécu l'hivernage pris dans les glaces, à quelques kilomètres d'un village de chasseurs-pêcheurs.
VOIR AUSSI 500 LOUPS, ET MAINTENANT ?
Le seuil de viabilité du loup vient d'être dépassé. En 30 ans, Canis lupus a retrouvé sa place de grand prédateur sur le territoire français. Alpes, Pyrénées, Vosges, Massif central… le loup est là et déchaîne les passions. C'est un enchantement pour les naturalistes, mais un désarroi pour les éleveurs. Impuissant, l'Etat est pris de court par ce mystérieux conquérant.